Retour à l'Accueil

Croisière Italie-Iles Grecques-Croatie-Venise


Le Costa Fortuna au port de Katacolon

Sur le pont du Costa Fortuna Voici le récit de notre croisière Magie d’Orient- Iles Grecques, du  8 au 15 novembre 2010, à bord du COSTA FORTUNA, navire de 270 m de long.
J’ai tenu à relater notre voyage tout en décrivant les procédures et services à bord du bateau car ceux qui n’ont jamais fait de croisière, comme nous avant celle-ci, se posent des tas de questions avant le départ, et bien que le site Costa soit très bien expliqué, nous préférons toujours avoir l’avis de ceux qui l’ont déjà fait…

Nous cherchions à partir avec un groupe français (pour se sentir moins seuls) organisant des cours de danse sociale... et s'occupant de notre transfert de Nice à Venise, les croisières dans l'Adriatique partant de cette ville mythique. Et nous avons trouvé tout cela auprès de COLIBRI DANSE VOYAGES, à Cannes. transfert en bus, 30 cours de danse inclus et une très bonne ambiance.

Itinéraire

8 novembre 2010 - Départ de Nice

C’est à 5 heures du matin que notre bus est parti de l’aéroport de Nice, dans la nuit et le froid. Dans une semi-somnolence, nous avons vu Monaco tout illuminé, puis l’Italie.
Une longue route plutôt monotone…
Un quart d’heure d’arrêt toutes les deux heures dans une station « AUTOGRILL » où nous dégustons les délicieux « expresso » ou chocolats italiens. Des étalages attirants pour ces boutiques : tablettes de chocolat d’un kilo ou plus, chocolats Cuneesei au rhum, Amaretti, panettones…
Enfin, vers midi, nous apercevons, dans les brumes, notre bateau au port de Venise.
Costa Fortuna au Port de Venise le 8 novembre 2010)

Enfin à bord

Le passage aux douanes s’effectue par groupes, celui de Colibri Danse porte le numéro 27. Nous comptons les minutes en attendant l’appel dans ce hall gris et bruyant de toutes les langues du monde (j’ai compté environ 10 minutes par groupe).
" 27".
Précipitation.
Les valises ayant été prises en charge par Costa dès notre entrée, nous ne gardons qu’un bagage à main où sont blottis nos objets précieux et indispensables : trousse de toilette, médicaments variés, appareil-photo, etc… Les douaniers jettent rapidement un œil sur notre carte d’identité et nos bagages à main sont scannés aussi rapidement.
Vraiment aucun problème pour les médicaments, contrairement à ce que j’avais craint.
Et nous traversons enfin la passerelle qui nous relie au bateau.
Costa Fortuna, nous voilà !

Nous sommes éblouis par les lumières de toutes formes qui illuminent la salle à l'entrée du navire : un bar, un piano, une petite piste de danse marquetée entourés d’accueillants et confortables fauteuils.
Derrière le piano montent et descendent à toute vitesse, dans un incessant ballet, sans aucun bruit, des ascenseurs de verre luxueux.
De part et autre de cette entrée, le bureau de réservation des excursions et celui du service clientèle.

Le service Clients à droite du hall d'entrée Costa Fortuna - Hall d'entrée, piano et ascenceurs de verre

Nous devons maintenant trouver notre cabine. Nous avons de la chance, la nôtre se trouve au 2e niveau, à bâbord puisque nous avions réservé une cabine avec fenêtre, et vers le milieu du bateau. La carte COSTA nous sert aussi de serrure. Le personnel, omniprésent, nous aide à ouvrir la porte.
La cabine est spacieuse, le hublot assez large, le lit formé de 2 lits de 90cm rapprochés, très confortable,couette douce, coussins… Penderies et étagères nous permettent de ranger nos affaires, et c’est là l’avantage de la croisière : nous sommes « chez nous » pour 8 jours tout en voyageant. J’apprécie les grands miroirs, la tablette surmontée d’une prise électrique « multi-formats (ouf, je pourrais utiliser mon fer à coiffer !), un sèche-cheveux accroché dans un tiroir. Bien entendu, un petit réfrigérateur propose boissons et en-cas (payants). Face aux miroirs, une petite table ovale dont on peut régler la hauteur, devant un grand canapé. La salle de bains est assez vaste aussi, bien éclairée, elle comporte douche avec distributeur de savon/shampoing,WC, large lavabo avec étagères et grand miroir.
La température est douce, nous pouvons régler la climatisation à notre goût. A part une légère soufflerie, nous n’entendons pas le bruit des moteurs, ni ceux du couloir.

Notre cabine à bord du Costa Fortuna Sur le lit sont posés plusieurs documents, notamment notre carte de restaurant, comportant le numéro de notre table, la liste des excursions avec les tarifs, une carte pour nous permettre d’assister à l’exercice de sauvetage en mer, un plan du Costa Fortuna (mais il y en a auprès de tous les ascenseurs) et le fameux « TO-DAY ».
Pour l’instant, nous sommes trop pressés de visiter le bateau… et le restaurant, car le temps est passé si vite que nous avons oublié le cocktail de bienvenue, et bien que notre groupe ait choisi le 2e service pour les repas (à 21h00, le premier service étant à 18h30), nous devons nous presser car nous devons assister au briefing de bienvenue.

21h15. Nous voici devant le restaurant RAFFAELO, au niveau 3, tout près de l’endroit où nous sommes entrés dans le navire. Donc, nul besoin d’utiliser l’ascenseur. La salle de restaurant est magnifique. Nous trouvons rapidement notre table, une table ronde de 6 personnes, où notre garçon attitré nous attend. Il me fait asseoir et déroule une serviette sur mes genoux, puis s’enquiert de ce que nous voulons boire et nous tend les menus.
Le menu propose 7 plats (Entrée, potage, Pâtes/Riz,Plat principal, Salade, Fromage, Dessert), et un choix varié pour chacun de ces plats.
Tout est délicieux.
Nous quittons la table vers 23 heures, après avoir conversé avec nos voisins de table, qui font partie de notre groupe de danse mais sont venus par avion de la région parisienne.
Après une petite visite du bateau (la salle de jeux, les différents bars, il fait nuit et trop froid pour nous permettre de faire un tour sur le pont), nous regagnons notre cabine.
C’est que, dès demain matin, nous aurons notre premier cours de danse. A 9h30, heureusement. Et ce soir, il nous faut remplir notre demande de petit-déjeuner en cabine. Nous pourrions bien entendu le prendre au restaurant en libre-service. Mais bien que nous ne puissions avoir des œufs au bacon en cabine, le choix est assez important.
Nous pouvons aussi consulter sur le téléviseur allumé en permanence sur un programme musical, la position du bateau sur une carte géographique, une webcam à l’avant et à l’arrière, la météo… et l’état de nos dépenses…

Mardi, 8 heures.
Le petit-déjeuner, copieux, nous est servi à l’heure que nous avons choisie. Nous le dégustons confortablement installés sur le canapé en regardant la mer par le hublot.
La matinée passe vite avec deux heures de danse, du rock et du boogie aujourd’hui.
Pour ce faire, la discothèque Vulcania a été réservé. Une très belle salle avec dancefloor. Discothèque Vulcania Si nous n’étions pas partis avec l’école de danse, nous aurions pu quand même apprendre à danser avec l’équipe d’animation du Costa, deux cours d'une demi-heure par jour étant prévus par Costa.
Nous repassons par notre cabine avant d’aller déjeuner et avons la suprise de voir la terre apparaître au travers du hublot. Nous sommes déjà au sud de l’Italie, à Bari.
Nous avons du mal à nous rendre compte que nous sommes en bateau et bien loin de chez nous, la navigation de nuit raccourcit les distances.

Le «Lido Oceania », restaurant self-service, se trouve sur le pont 9. Nous sommes enchantés de la varié proposé. Ici, eau, thé, café, jus d’orange et de pamplemousse, et même glace italienne sont offerts dans les distributeurs automatiques,gratuitement et à volonté.

Buffet de fruits frais sur le pont du Costa Prenons nos plateaux, couverts (avec serviettes en tissu !) et grandes assiettes ovales, et visitons les buffets : celui de la piscine est plutôt orienté « grillades »,  les autres proposent pizzas (délicieuses), pâtes à toutes les sauces (80 variétés sont annécées), viande,poissons,plats végétariens… Il y en a pour tous les goûts. Un stand de jambon de Parme et Parmesan en gros morceaux m'attire irrésistiblement. Délicieux!. Près de la piscine, le stand de fruits est coloré : grosses tranches d'ananas, de melon blanc ou jaune ou de pastèque...

Nous aurions pu choisir de déjeuner au restaurant, mais ici, nous pouvons nous installer au soleil ou à mi-ombre pour déguster notre repas. Et ce self est ouvert pratiquement toute la journée !

Haut de page Toutes les photos du site sont personnelles. Merci de ne pas les utiliser sans autorisation
Bari, le vieux Port Bari, le théâtre Margherita

Première escale, BARI

Puisque nous sommes à quai, nous pouvons sortir et entrer comme nous le voulons (il suffit de présenter notre carte Costa).
Nous n'avons pas réservé, mais seulement le service de bus (8€ par personne en 2010) qui fait la navette entre le bateau et le centre de la ville fortifiée.
Nous n’avons le temps de visiter que le centre de la vieille ville. Bien entendu, la visite organisée nous aurait permis d’en apprendre et voir davantage mais notre budget serré nous oblige à faire des choix.
Nous apercevons à peine du départ du bateau. La mer n’est pourtant pas si calme, nous tanguons un peu. 
Haut de page Toutes les photos du site sont personnelles. Merci de ne pas les utiliser sans autorisation
Port de Katacolon

Katacolon, Grèce.

Nous ne connaissions pas du tout ce petit port où nous sommes à quai.
Le temps est bien meilleur ici, il fait même si chaud que nous achetons des chemises plus légères dans l’unique rue de Katacolon, où se succèdent les boutiques de souvenirs.
Nous entrons dans la petite église orthodoxe aux murs blancs et toiture ronde et bleue, dont l’intérieur
C'est de Katacolon que part l'excusion qui mène au site d’Olympie.

Site d'Olympie Ruines d'Olympie
Merci à Jocelyne pour ces deux photos

Haut de page Toutes les photos du site sont personnelles. Merci de ne pas les utiliser sans autorisation
Santorin

Santorin

J'attendais avec impatience d'approcher cette île pour voir si elle ressemblait vraiment aux cartes postales...
Et je ne suis pas déçue, d'autant plus que le temps est magnifique, un soleil éclatant, pas un souffle de vent.
Nous apercevons d'abord ces hautes falaises escarpées, où s'inscrivent les strates des siècles passés. Le village, haut perché, est éblouissant de blancheur.


Santorin Arrivée à Santorin Santorin

Port de Santorin Le bateau ne peut aborder le quai, des navettes nous amènent donc par groupes sur le petit port.
Ce petit quai qui est surmonté d'une immense falaise, on peut y accéder par une route tortueuse...

Santorin Tandis que certains préfèrent le téléphérique, ou la montée à dos d'âne, nous avons choisi l'excursion COSTA pour cette escale. Notre guide, une charmante autochtone, nous accueille à bord du bus qui va nous amener vers la ville principale, OIA.
OIA est magnifique, avec ses habitations accrochées aux parois rocheuses, chapeautées de toits arrondis pour leur donner de l'élasticité. En effet, cette île volcanique a été ravagée en 1956 par des secousses sismiques, tout a dû être reconstruit.
Les murs sont blancs ou de couleur pastel (jaune, rose, bleu).

Maison rose à OIA (Santorin) Santorin

Les toitures demi-sphériques peintes du même bleu que le ciel abritent des monuments religieux.
Et il y en a beaucoup, puisque chaque famille aisée fait construire la sienne !

Eglises de Santorin Eglise de Santorin Eglise d'Oia

Les moulins en tant qu'habitation sont à la mode à Santorin

Les moulins en tant qu'habitation sont à la mode à Santorin

Moulin à Oia, Santorin La mode est aux maisons troglodites... et aux moulins.
Le vent souffle fort habituellement sur cette île des Cyclades, mais aujourd'hui, pas la moindre petite brise ne fait tourner les ailes des moulins.

13h30. Notre escale est trop courte, nous regagnons le bateau les yeux emplis d'images et le coeur plein de rêves.

Haut de page Toutes les photos du site sont personnelles. Merci de ne pas les utiliser sans autorisation
Port de Myconos à la nuit tombante

Myconos

Nous arrivons à Myconos à 18h30.
La nuit tombe doucement...
La ville est à 4 kms,
le départ est prévu à 23h.
Nous ne verrons pas la vie nocturne
dans cette île mythique.
Gardien de Rhodes

Rhodes

Après une nuit de navigation, Rhodes apparait. La vieille ville est fortifiée...

Rhodes, port de Mandraki et remparts

Nous sommes toujours en Grèce, mais à proximité de la Turquie (seulement 17,7 km de la cote Turque, entre la Grèce et l'île de Chypre..). Tandis qu'Athènes est noyée par la pluie, nous profitons du soleil. Quelques photos-souvenirs...
Le port de Mandraki où nous accostons, les flèches des minarets qui côtoient les toits arrondis des églises orthodoxes, les remparts et leurs tours, les boulets entassés en pyramide dans les douves... et la porte de l'Ambassade de France.

Rhodes, port de Mandraki Rhodes, port de Mandraki A Rhodes, églises orthodoxes et minarets se côtoient Rhodes, ville fortifiée Porte Ambassade de France à Rhodes Boutiques à Rhodes Rhodes, Tour à l'entrée de la ville fortifiée Les boulets envoyés par les catapultes sont dressés en pyramide dans les douves Autour des remparts, le fossé
Dans les rues aux pavés arrondis, la marche est quelquefois difficile mais la vieille ville est tellement belle !
Rhodes, Rue de la vieille ville Rhodes

C'est à 18 heures que nous quittons l'île...
Départ de Rhodes

Haut de page Toutes les photos du site sont personnelles. Merci de ne pas les utiliser sans autorisation

Port de Dubrovnik Dubrovnik, ville fortifiée

Les chaloupes amènent les passagers à Dubrovnik

Dubrovnik (Croatie)

Vendredi.
Nous voici déjà sur le chemin du retour.
Nous approchons de Dubrovnik, nichée au bas de collines verdoyantes.
Les remparts de la vieille ville et les maisons aux toits de tuiles rouges apparaissent.
La mer est d'un bleu-vert magnifique, parsemée d'îles arborées. Les chaloupes vont et viennent entre le navire et le petit port.

boutique-fabrique de bougies, dans la rue principale de Dubrovnik Artisanat verrier à Dubrovnik Rue principale du vieux Dubrovnik

Voici une boutique-fabrique de bougies, dans la rue principale de la vieille ville. Tandis qu'au bout de l'allée, un artisan a installé un étalage de jolies verreries colorées.


Ruelle à Dubrovnik Passée l'entrée des remparts,en haut desquels on peut se promener, une grande allée pavée s'allonge devant nous.
Nous sommes étonnés de ne pas voir de boutiques de souvenirs. En fait, elles sont toutes là, cachées dans les arcades, sans étalage à l'extérieur.
De part et d'autre de cette artère montent des ruelles très étroites et sombres, où pourtant se trouvent boutiques et cafés.

Un montreur de perroquets en habits de corsaire nous laisse admirer, photographier et même porter ses perroquets.

Dubrovnik, place du marché Montreur de perroquets à Dubvrovnik

Dubrovnik (vue du bateau) Dubrovnik (vue du bateau) Dubrovnik (vue du bateau) Dubrovnik (vue du bateau) Départ de Dubrovnik

Ces quelques heures ne nous permettent pas de vraiment apprécier cette ville,
c'est du pont du bateau que nous l'admirerons.

Haut de page Toutes les photos du site sont personnelles. Merci de ne pas les utiliser sans autorisation
Arrivée à Venise dans le brouillard

Venise (Italie)

Un brouillard  monstre  a envahi la lagune.  
Il fait gris et froid, ça sent vraiment la fin des vacances.
Le Costa Fortuna accoste avec 2 heures de retard.
C'est donc en courant que nous irons jusqu'à la place Saint-Marc.
Les pancartes nous indiquent qu'il faut prévoir une demi-heure à pied à partir de la gare routière.
A pied, bien entendu, car comment pourrait-on traverser les canaux.
Les ponts et les rues se succèdent. Dommage de n'avoir pas de temps de s'extasier devant toutes ces vitrines colorées, ces pâtisseries alléchantes...

Venise -Gondoles Place St Marc Venise Venise - Marché sur l'eau Venise - Rue Venise - Grand Canal

La croisière se termine. Des journées intenses...
Il nous faut quelques heures avant de sortir de la magie du voyage...

Haut de page Toutes les photos du site sont personnelles. Merci de ne pas les utiliser sans autorisation

Les questions que nous nous posions avant le départ...

Carte CostaLa carte de paiement COSTA :
Une carte par personne nous est donnée avant l'entrée dans le bateau.
Elle sert :
- de clef pour entrer dans la cabine
- de carte de paiement (soit on alimente la carte en espèce avec un versement de 150 € auprès de la comptabilité dun bateau, le solde nous est réclamé ou remboursé en fin de croisière, toujours en espèces, soit on l'active avec une carte bleue sur une borne à bord du bateau. La carte bleue sera débitée après la fin du voyage).
Cette carte sera utilisée pour payer les 7 € de service à bord journalier,  et toutes les dépenses non comprises dans le forfait (boissons, services payants (lingerie par exemple), photos, etc…). A chaque achat, un ticket nous est remis. On peut vérifier tous les jours nos comptes sur l'écran de TV de notre cabine.

Le prix des boissons :
Au restaurant ou aux cafés, l'eau est payante. La carafe d’eau gratuite n’existe pas. Il est préférable d'acheter un pack « boissons » pour la semaine (par exemple un pack de 13 bouteilles d’eau coûte 26€). Ces bouteilles peuvent être demandées à n’importe quel bar ou restaurant, et laissées au restaurant ou amenées dans notre cabine. Le vin et les alcools sont beaucoup plus onéreux.
Cependant, au self-service du pont 9, l'eau, le thé, le café et les jus d'orange et pamplemousse, ainsi que la glace italienne servis au distributeur automatique sont gratuits et à volonté.

menu Costa Les repas :
- le petit déjeuner est servi au self, au restaurant ou en cabine
- le repas de midi est disponible au self ou au restaurant
- le repas du soir est servi uniquement au restaurant.

Les repas sont délicieux et copieux.
Pour exemple, voici la carte du « diner de gala » de « l’Au revoir », mais les repas « simples » n’étaient pas moins élaborés :

 

Le TO-DAY :

Nous donne le programme du jour. Le plus simple est de le regarder :
to-day1 to-day2 to-day3 to-day4

Repas de gala

Haut de page Toutes les photos du site sont personnelles. Merci de ne pas les utiliser sans autorisation
Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide ! Compatible mobiles 8 novembre 2012-3 mai 2015